L’hygiène intestinale

Un des principaux émonctoire du corps étant le colon, il n’est pas de véritable démarche de détoxication du corps sans la pratique plus ou moins régulière d’une méthode naturelle d’hygiène intestinale. Toutes les grandes traditions considèrent le ventre et les intestins comme le centre vital de notre équilibre et de notre santé, voire comme notre deuxième cerveau . Si nous sommes tous conscients de la nécessité qu’il y a à prendre soin de sa peau, de ses cheveux, de ses dents… et de les nettoyer pour qu’ils soient sains et beaux, beaucoup d’entre nous négligent l’importance de leur propreté intérieure. Et pourtant ! Que de déchets, toxines et autres foyers toxiques viennent à se loger dans nos intestins…Le côlon ou gros intestin, est en effet le site de stockage des résidus de la digestion. C’est là que les bonnes bactéries de la flore intestinale fermentent, putréfient et recyclent les déchets afin de les détoxiquer et d’en retirer les derniers nutriments. Mais voilà, notre hygiène de vie ne permet pas toujours d’avoir un bon équilibre intestinal. L’alimentation souvent trop riche ou inadaptée, les stress répétés et la sédentarité modifient radicalement l’équilibre de ce fragile écosystème. Mal digérés et insuffisamment transformés les restes alimentaires génèrent alors dans le gros intestin une flore intestinale pathogène : parasites, microbes, candida, mycoses trouvent là les conditions favorables à leur développement. Outre la gène digestive qui peut parfois être ressentie (inconfort, ballonnements, ventre gonflé…) ce déséquilibre de la flore entraîne l’auto-intoxication intestinale de l’organisme (surcharges, transpiration, encrassement de la peau, fatigue du foie, des poumons, des reins…) et sa fragilisation par épuisement de son capital de défense (inflammations, allergies, chutes immunitaires…)

Comment expliquer qu’une pratique si précieuse et si simple à mettre en œuvre soit ainsi brusquement tombée dans l’oubli ? C’est pourtant depuis la plus haute antiquité, que l’homme a pris l’habitude de drainer et de nettoyer ses intestins, en vue de se purifier et de retrouver la santé, tant physique que psychique. L’usage des purges, du jeûne, des diètes et des lavements est en effet une constante dans toutes les grandes traditions thérapeutiques (médecine chinoise, essénienne, ayurvédique, hippocratique…). Et nos grands-mères utilisaient encore couramment le fameux « bock à lavement » au début du siècle passé.

Notre fonction intestinale se situe sur le plan physiologique, elle est aussi en lien étroit avec notre vie émotionnelle : d’une part l’activité intestinale permet l’assimilation des nutriments (la revitalisation), l’élimination des déchets (la détoxication) et la lutte contre les agresseurs (l’immunité) ; d’autre part elle régule et libère en temps réel les tensions nerveuses retenues (le psychopéristaltisme). La gestion plus ou moins harmonieuse des stress sera donc, en plus des éventuels déséquilibres alimentaires et de la sédentarité (absence d’exercice physique), un facteur déterminant pour l’équilibre intestinal et digestif.

Sur un plan énergétique plus subtil, nos intestins se situent dans une zone intermédiaire entre notre plexus solaire et notre centre vital ou hara. Ils se trouvent donc en relation intime d’une part avec nos désirs, l’affirmation de soi et tout ce qui a trait à notre vie émotionnelle : non-dits, refoulements, vécu passé non accepté, émotions non exprimées, d’autre part avec une intelligence de vie beaucoup plus instinctive et intuitive. On parle d’ailleurs de second cerveau pour nos intestins. Nous avons tous expérimenté cette liaison énergétique lors d’un choc émotionnel ou d’une contrariété importante : l’estomac alors se noue, la digestion est ralentie, les spasmes ou colites apparaissent. Prendre soin de son hygiène digestive et intestinale est aussi un moyen très efficace pour harmoniser cette relation entre nos intestins et nos émotions. Lorsque nous nettoyons notre corps physique grâce à un jeûne, une monodiète, une technique d’hygiène intestinale, nous agissons aussi sur nos émotions et nos désirs.

Aujourd’hui l’hygiène et la régénération intestinale constituent un des principes fondamentaux de la naturopathie et de la notion de terrain : si l’équilibre intestinal vient à se rompre, soit dans « l’encrassement » (constipation, accumulation de déchets), soit dans l’inflammation (diarrhée, colite), l’intestin propage dans tout l’organisme des substances inflammatoires, allergisantes, cancérigènes ou simplement intoxicantes : peau encrassée ou agressée, surcharge pondérale, rétentions ou maigreur, apathie, déprime ou stress, troubles ORL chroniques ou allergiques, troubles circulatoires, cardio-vasculaires, digestifs, respiratoires…

Afin de nettoyer l’organisme, assainir le milieu intestinal, de rééquilibrer notre capital santé, la naturopathie nous propose plusieurs méthodes : la monodiète alimentaire riche en fibres dont je vous ai parlé précédemment, l’usage des plantes dépuratives et drainantes, le chlorure de magnésium, le lavement, l’irrigation du côlon, le réensemencement avec des pré-ou probiotiques … bref il y a beaucoup de possibilités pour drainer, assainir réensemencer notre intestin  clé d’une bonne santé … en détail au prochain épisode .